Développement durable
en zones arides et semi arides

Les défis combinés de la croissance démographique, du stress climatique et de la rareté des ressources naturelles sont exacerbés dans le contexte économique et politique souvent fragile des zones arides et semi arides. La population du Sahel en Afrique passera de 150 millions d’habitants aujourd’hui à 330 millions en 2050 ; de vastes régions d’Afrique auront vu la température moyenne augmenter de 2 degrés Celsius d’ici la fin du siècle ; le mécontentement des populations face à l’absence ou à la faiblesse des services de l’État va croissant. Le nexus paix-intervention humanitaire-développement est particulièrement important dans ces zones.

Le pastoralisme y est une activité économique historiquement très importante. Mais près de 85 % des pasteurs et 75 % des agro-pasteurs vivent en dessous du seuil de pauvreté et une élite s’empare progressivement du secteur. Le futur du pastoralisme est une thématique à traiter d’urgence et les solutions résident souvent dans la diversification de l’économie locale. L’élevage va rester une activité économique importante, mais en innovant dans les pratiques, en renforçant la résilience et l’intégration avec les zones à plus fort potentiel économique et en améliorant le contrôle des maladies animales. Le développement de sources de revenus alternatives pour celles et ceux qui vont devoir abandonner le pastoralisme sera une composante intégrale de toute action de développement des zones arides et semi arides. L’amélioration de l’éducation pour une meilleure employabilité des jeunes y est aussi un élément clé.

Notre expertise est à votre disposition.